les AZA et lézARTs de mur

Les AZA subversifs et lézARTs de mur


1 commentaire

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

  1. 539387_478591168854783_1155185689_n156473_139198856246695_207487794_n312831_4077878261526_1491895323_n207421_292895380840177_1781014929_n13898_121001271415191_1869364037_n538204_10151552852703132_1512793211_n
  2. 2013-02-22austerite312317_349339618509033_693872958_n
  3. .8765be8828752a5f40a30b8a0cbf7f24
  4. 823544_4978562554360_1673924182_o390157_156423364457002_1626149696_nUn modeste préambule pour vous faire savoir que j’aimerais créer une banque d’images gauchistes : photos, illustrations, affiches, slogans, dessins… Je prends tout. Et je poste tout là. Parce que la solidarité, le militantisme et le glanage sur le web ne valent que s’ils sont  partagés…. Vive notre commune gauchitude. Faites passer.
  5. 644422_4867090269464_1203029497_n

Voir l’article original


1 commentaire


2 Commentaires

Le Chat Noir Emeutier

Vu à Besançon jeudi 14 février 2013:

DSCN0714

Reçu par mail, 16/02/2013

Voir l’article original


1 commentaire

La femme immortelle, Jacqueline du Pré.

images-1

 

Très peu gens pourraient se faire remarquer dans le monde entier pendant une carrière si courte. Elle l’a pourtant fait. Elle a écrit son nom dans la liste des gens inoubliables. Elle s’appelle Jacqueline du Pré (26 janvier 1945 à Oxford – 19 octobre 1987 à Londres). L’une des rares personnes nées avec un talent. Elle était une violoncelliste britannique.

Ce qui était une invitation pour un conte de fées, c’était la voix venant du violoncelle de la jeune femme. Elle devait être magicienne. Elle était joueuse de flûte de Hamelin séduisant des amateurs de musique classique. Elle n’avait seulement que 28 ans lorsqu’elle a mis un point final à sa carrière musicale.

Si elle avait été vivante, elle aurait eu 68 ans aujourd’hui, oui seulement 68 ans. Elle était la meilleure violoncelliste de l’époque. En commençant une concurrence acharnée avec les hommes, elle a fait graver son nom sur les livres.

Après avoir pris des leçons des dieux de l’instrument,Rostropovich et Casals, la jeune femme est devenue une virtuose du violoncelle. En s’identifiant à le concerto d’Elgar orné de douleur qui a tourné au chef-d’oeuvre dans les mains de cette jeune femme d’exception.

Ayant à peine 16 ans, elle a commencé à envahir les salons. Mais le conte de fées ne durera pas longtemps. Dès 1971, elle s’est mis à se battre contre un sentiment qui la rongeait. Elle pensait avoir perdu la magie de ses doigts. De temps en temps, elle ne les sentait pas. Très vite, elle a perdu la sensibilité dans ses mains et ses bras. Au bout de cette année, elle a fait son dernier enregistrement. Jackie essayait de continuer sa carrière en diminuant le nombre des concerts. Elle a dit adieu à ses spectateurs en 1973. Le dernier concert à New York a été un désastre. Bien que le grand chef Bernstein ait souligné que ce concert s’est mal passé en raison de la tension de la jeune femme, on lui a diagnostiquée la sclérose en plaques en octobre.

On ne peut être sûr si elle a jamais trouvé l’amour. Mais elle a épousé le pianiste Daniel Barenboim en 1967. Ce dernier s’est présenté à ses côtés, lorsqu’elle était en train de rendre l’âme. Ce mariage a été sans aucun doute l’une des relations personnelles et professionnelles les plus remarquables que le monde de la musique ait connu depuis celui de Clara et Robert Schumann.

Peut-être qu’elle a connu l’amour dans les bras du mari de sa soeur avec qui elle a eu une relation sentimentale. Cette relation l’a rendue plus vulnérable. A cause de ça, sa famille a pris ses distances vis à vis d’elle.

Même si sa vie dans une souffrance aggravante a pris fin le 19 octobre 1987, sa fascination est toujours vivante. Le monument de la tristesse dans ses yeux continue à nous émouvoir tant que le monde tourne.

 


2 Commentaires

PMU/BOUFFER DU CANASSON GAGNANT = RETOUR SUR INVESTISSEMENTS!

 

pmu_findus

-« Pas mal vu Marcel…Que le bourrin gagne ou pas, tu bouffes quand même! »

                                                                                                                    (Steph)


4 Commentaires

Shoah et Benoît selon Large

shoa_suisse

 

 

pape_benoit

 

Blog de LARGE


3 Commentaires

[Paris, 8ème] Une statue inaugurée par Poutine en juin 2011 taguée en solidarité avec les Pussy Riot – 6 février 2013

Le Chat Noir Emeutier

Une statue parisienne taguée pour demander la libération des Pussy Riot

Le monument a été recouvert de peinture…

«Free Pussy Riot». Les deux statues situées place du Canada, dans le 8e arrondissement de Paris, et qui représentent un cavalier et son cheval, ont été découvertes ce jeudi matin recouvertes de peintures, grimées et taguées d’un message exigeant la libération du groupe punk russe.

Une statue inaugurée par Poutine en 2012

En février 2012, trois membres du groupe, Nadejda Tolokonnikova, Ekaterina Samoutsevitch et Maria Alekhina, étaient montées sur l’autel de la cathédrale orthodoxe du Christ-Sauveur à Moscou pour une «prière punk» invitant la Vierge Marie à «chasser» du pouvoir le président Vladimir Poutine. Les trois membres du groupe ont été condamnées en août dernier par un tribunal de Moscou à deux ans de camp pour «hooliganisme motivé par la haine religieuse». Après le procès en appel en octobre, Samoutsevitch…

Voir l’article original 85 mots de plus


1 commentaire

Diabolicus Fricus

Flavien

Diabolicus FricusDétail d’un crobard.

Voir l’article original


1 commentaire

[Lecture] Dans la mêlée & Guerre au paradis

Le Chat Noir Emeutier

« La guerre sociale est une vieille histoire, elle est le constat que de tout temps, des conflictualités diverses ont opposé à la domination des formes de réponses variées. De l’attaque diffuse, petite, grande, communiquée ou non, reproductible à souhait aux grèves sauvages, occupations, sabotages jusqu’à l’émeute, la prise d’arme, l’insurrection… Jamais le répit de la domination ne fut total, et notre but est de le briser hargneusement, mais avec la joie qui caractérise l’émancipation. La guerre sociale ne se commence pas, l’on ne peut qu’y contribuer. »

Ce texte, que nous avons choisi de republier ici, est l’édito de la revue anarchiste Guerre au Paradis n°1, publiée à Paris en mars 2010.

Lire le texte en ligne ou bien télécharger Guerre au Paradis n°1.

Download the text in english

 

 

 

Reçu par mail – ravage[at]riseup[point]net), 30/01/2013

Voir l’article original


1 commentaire