les AZA et lézARTs de mur

Les AZA subversifs et lézARTs de mur


2 Commentaires

Une histoire d’amour bouleversante

C’est toujours désagréable de voir ceux qui ne croient pas au coup de foudre. C’est, à mon avis, une façon de dire  » je ne crois pas en l’homme  ».

Quand j’ai entendu parler de cette histoire bien vraie, j’ai ressenti quelque chose au fond du mon coeur, je trouve très courageux ce que face à une tragédie,  Angelo a fait et continue de faire.

Malgré tout, comme dit Camus,  » … au milieu des fléaux, il y a dans les hommes plus de choses à admirer qu’à mépriser.

Je veux survoler leur histoire ; dès qu’Angelo a vu Jennifer, il est tombé amoureux d’elle, d’un amour qu’on rencontre très rarement aujourd’hui. Il ne savait trop pourquoi, mais il était sûr c’était elle qu’il attendait depuis assez longtemps. C’est probable que Jennifer, aussi l’a-t-elle senti à partir de leur première rencontre. Oui, c’est vrai qu’ils se sont aimés, qu’ils ont éprouvé de l’amour en leur moi profond.

Aimer à la folie, malheureusement, tôt ou tard, cela est un appel pour une tragédie, ou une séparation pénible. Pourtant, peut-être que ce qui compte, c’est que récolter des souvenirs inoubliables pour survivre au milieu de la tragédie.

Ils s’aimaient et se sont décidés à se marier. Ils ont choisi un lieu que les deux adoraient ; le Central Park. Le jour du mariage où ils étaient encerclés par la famille, leurs amis et leurs bien-aimés. Ils croyaient avoir trouvé le bonheur absolu, si difficile qu’il soit.

Pourtant, au bout de cinquième mois de mariage, le bonheur a été brisé par ce que Jennifer a appris. Elle avait du cancer du sein. Angelo, gardant son sang-froid, a écouté sa femme et l’a prise dans ses bras et lui a dit « ne t’en fais pas, tout ira bien, on est ensemble et on va gagner. » Il n’oubliera jamais ce qu’il sentait à ce moment-là.

Pendant ce combat contre le cancer, Angelo a décidé d’immortaliser des effets du cancer sur le visage de Jennifer. Ils ne se sont jamais arrachés les cheveux. Voici les photos parlantes, émouvantes.

 Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Ils se sont battus contre cette maladie, toutefois, Jennifer est décédée. Angelo, subissant cette tragédie, s’est mis à informer des gens, surtout des femmes à propos du cancer du sein. Le site internet par lequel vous pouvez trouver des informations. http://mywifesfightwithbreastcancer.com


1 commentaire


3 Commentaires

VENEZ VITE LIRE DES ETOILES!

220px-Bundesarchiv_Bild_183-14077-006,_Rosa_Luxemburg

Ils portent la mort dans leurs grosses mains, les fantômes des crêtes assassinés dans le dos, ils veulent écraser tous les sourires, ils humilient nos amours, nos blagues intelligentes, ils détestent tout, ils sont les plus grands ennemis de la vie. Ce sont ceux qui trouvent la mort en tuant les autres. Mais nous sommes les défenseurs de la vie. Nous sommes vivants.

Maintenant, les femmes, insérez une feuille dans vos beaux cheveux.

Attachez une feuille verte dans vos cheveux comme si l’on plaçait une balle dans le canon.

Ils se disent vainqueurs.

Ils disent que nous sommes battus.

Ils disent que les avocats de la mort, les transporteurs de la mort, ceux qui dispersent la mort comme des graines toxiques ,ont gagné.

Reggiani dit dans la chanson « Les loups sont entrés en ville »

Nous sommes les défenseurs de la vie.

Nous sommes les défenseurs de la vie sachant mourir.

Voir l’article original 885 mots de plus


1 commentaire

VENEZ VITE LIRE DES ETOILES!

au-revoir2

 

 

Très peu de gens savent dire au revoir. Il existe différents adieux: des tristes, certains lâches, parfois calmes, enfin, des bruyant ; des bruyants et des imprudents. S’il faut sélectionner l’un de ces adieux, je préfère, sans aucun doute, le sincère. Ce doit être, je crois, préférable de dire « au revoir » comme disant naturellement «Bonjour ». Cela fera du bien à tout le monde. Avant tout, cela pourrait nous blesser, oui cela nous blessera, mais nous nous en remettrons plus tard. «Je dois partir maintenant » c’est le meilleur adieu prononçable…

Je suis d’avis que l’un des derniers mots les plus beaux qu’un homme pourrait dire à une femme est celui de Leonard Cohen dans la chanson « Chelsea Hotel » adressant à son amoureuse sur le point de la séparation. Il prétend lui dire : « Je ne peux pas te dire que je t’ai aimée plus que les autres », Il dit pourtant «  Je…

Voir l’article original 241 mots de plus


1 commentaire

La femme immortelle, Jacqueline du Pré.

images-1

 

Très peu gens pourraient se faire remarquer dans le monde entier pendant une carrière si courte. Elle l’a pourtant fait. Elle a écrit son nom dans la liste des gens inoubliables. Elle s’appelle Jacqueline du Pré (26 janvier 1945 à Oxford – 19 octobre 1987 à Londres). L’une des rares personnes nées avec un talent. Elle était une violoncelliste britannique.

Ce qui était une invitation pour un conte de fées, c’était la voix venant du violoncelle de la jeune femme. Elle devait être magicienne. Elle était joueuse de flûte de Hamelin séduisant des amateurs de musique classique. Elle n’avait seulement que 28 ans lorsqu’elle a mis un point final à sa carrière musicale.

Si elle avait été vivante, elle aurait eu 68 ans aujourd’hui, oui seulement 68 ans. Elle était la meilleure violoncelliste de l’époque. En commençant une concurrence acharnée avec les hommes, elle a fait graver son nom sur les livres.

Après avoir pris des leçons des dieux de l’instrument,Rostropovich et Casals, la jeune femme est devenue une virtuose du violoncelle. En s’identifiant à le concerto d’Elgar orné de douleur qui a tourné au chef-d’oeuvre dans les mains de cette jeune femme d’exception.

Ayant à peine 16 ans, elle a commencé à envahir les salons. Mais le conte de fées ne durera pas longtemps. Dès 1971, elle s’est mis à se battre contre un sentiment qui la rongeait. Elle pensait avoir perdu la magie de ses doigts. De temps en temps, elle ne les sentait pas. Très vite, elle a perdu la sensibilité dans ses mains et ses bras. Au bout de cette année, elle a fait son dernier enregistrement. Jackie essayait de continuer sa carrière en diminuant le nombre des concerts. Elle a dit adieu à ses spectateurs en 1973. Le dernier concert à New York a été un désastre. Bien que le grand chef Bernstein ait souligné que ce concert s’est mal passé en raison de la tension de la jeune femme, on lui a diagnostiquée la sclérose en plaques en octobre.

On ne peut être sûr si elle a jamais trouvé l’amour. Mais elle a épousé le pianiste Daniel Barenboim en 1967. Ce dernier s’est présenté à ses côtés, lorsqu’elle était en train de rendre l’âme. Ce mariage a été sans aucun doute l’une des relations personnelles et professionnelles les plus remarquables que le monde de la musique ait connu depuis celui de Clara et Robert Schumann.

Peut-être qu’elle a connu l’amour dans les bras du mari de sa soeur avec qui elle a eu une relation sentimentale. Cette relation l’a rendue plus vulnérable. A cause de ça, sa famille a pris ses distances vis à vis d’elle.

Même si sa vie dans une souffrance aggravante a pris fin le 19 octobre 1987, sa fascination est toujours vivante. Le monument de la tristesse dans ses yeux continue à nous émouvoir tant que le monde tourne.