les AZA et lézARTs de mur

Les AZA subversifs et lézARTs de mur


Poster un commentaire

OMPI, ou anglais WIPO

Vous aviez des doutes envers les informations de AZA, N.I. And Cie??

 

Faudra qu’on se bouge les fesses fissa fessas, car la version anglaise est plus connue sous le nom de WIPO.

 

Ci-joint: 2 liens malheureusement en anglais, mais avec les traducteurs encore gratuits pour le moment, on peut comprendre de quoi il s’agit.

celui de boingboing.net

celui de infojustice.org

 

Alors, délires climatiques???

 


Poster un commentaire

APPEL à LA MOBILISATION INTERNATIONALE contre OMPI

ACTA est mort!

 

Mais l’OMPI vient de relancer son traité qui va encore plus loin.

Son texte protège à la fois les auteurs et les diffuseurs.

Voir article: Vous avez détesté ACTA, vous allez haïr OMPI 

Et son fichier PDF joint

POUR BIEN COMPRENDRE OMPI

Avant de regarder une émission que vous avez enregistrée,

vous allez devoir demander une autorisation à son créateur,

et une autre à la chaîne qui l’a diffusée.

C’est, à quelques détails près, ce que prévoit le traité de diffusion de l’OMPI dans sa version la plus sévère.

 

The knowledge Ecology International (Wikipedia fr)

«Selon le traité, si quelque chose est diffusé et qu’on veut le rediffuser, il faut demander la permission non seulement demander à ceux qui ont les droits du contenu, mais aussi à celui qui l’a diffusé au préalable. Donc, pour nous, on rajoute une deuxième couche, une deuxième série de propriétaires, dans un sens. Et tout ce qui se passe sur internet, qui est fait de façon fluide, pourrait vraiment être en danger. On voit cette demande de ce nouveau droit comme la création d’une nouvelle série de payages sur les autoroutes de l’internet.»

 

Et un payage qui ne réglerait pas forcément le problème du téléchargement illégal

 

«On ne voit pas très bien comment ce traité va régler ce problème. Est-ce c’est un traité qui va lutter contre le piratage ou un traité qui veut donner de nouveaux droits à de nouveaux demandeurs»

 

Autrement dit,

les diffuseurs toucheront des royalties pour avoir appuyé en premier sur PLAY et ce,

même si l’auteur a placé son oeuvre sous licence libre.

 

Pas sûr que cela plaise aux défenseur d’un Internet libre qui ont férocement combattu ACTA.

 

Mais pas le choix…

 

Il faut remobiliser les troupes!!